compteur de visite

Le dauphiné d'Auvergne


d'or,
au dauphin
pâmé d'azur*






La vicomté

Le comté

Origine du dauphiné

Poètes et troubadours

Succession de Robert III

Le duché

L'évêché

Les fiefs

Retour à l'accueil













de Bourbon,
la cotice
brisée en chef
d'un quartier
du Dauphiné
d'Auvergne
Guillaume VII le Jeune, comte d'Auvergne et de Clermont entre 1147 et 1169, participe à la seconde croisade** entre 1147 et 1149, mort en 1168 ou 1169. Dépossédé de la succession par son oncle, il s'intitule encore parfois "comes Arverniæ". Le partage lui laissa Rochefort, Pontgibaud, Herment, Mauriac, Aurillac, Issoire, St-Germain-Lembron, Champeix, Vodable, Brioude et Montferrand.
Son épouse : Marchise de Viennois, dont le père était Guigue IV, comte d'Albon et de Grenoble, surnommé dauphin.

lui succède son fils
Dauphin***, comte de Clermont entre 1169 et 1234, est dit aussi comte d'Auvergne en divers titres. Il reçut en apanage "la châtellenie d'Herment & les seigneuries d'Issoire, Chamalières, Montrognon, Plauzat, Champeix, Cros, Aurières, Neschers, Chanonat, Sauriers, Rochefort & la châtellenie de Vodable avec ses dépendances". Ces terres formeront par la suite le dauphiné d'Auvergne, avec Vodable comme chef-lieu. En 1199, son sceau représente un dauphin avec la légende "Sigillum Delfini". Mort en 1234 (ou 1235).
Son épouse : Huguette de Montferrand.

lui succède son fils
Guillaume, comte de Montferrand, puis de Clermont entre 1234 et 1240. En 1225, il fait hommage à Louis VIII pour Montferrand. Il est seigneur de Pongibaud en 1229. Mort en 1239 ou 1240.
Ses épouses : Isabelle de Montluçon, puis Philippa (...).

lui succède son fils
Robert I, dit Dauphin, comte de Clermont entre 1240 et 1262.
Son épouse : Alix de Bourgogne.

lui succède son fils
Robert II, comte de Clermont entre 1262 et 1282, il fit hommage à Alphonse de Poitiers pour ses fiefs en 1262, mort en 1282.
Il est le premier à s'intituler dauphin d'Auvergne (Robertus comes Claromontensis et Alvernie Delphinus), dans son testament en 1281.
Son épouse : Mathilde d'Auvergne, morte en 1280, dont l'aïeul est Guillaume l'ancien, usurpateur du titre de comte d'Auvergne.

lui succède son fils
Robert III, comte de Clermont & dauphin d'Auvergne entre 1282 et 1324, il est dit chevalier de la baillie d'Auvergne en 1302, mort en 1324.
Ses épouses : Alixente de Mercœur, mariée en 1279, morte en 1286,
puis Isabeau de Châtillon, mariée en 1289, morte en 1297.

lui succède son fils du premier lit
Jean, comte de Clermont & dauphin d'Auvergne entre 1324 et 1351, attesté en 1340, mort en 1351.
Son épouse : Anne de Poitiers, mariée en 1313.

lui succède son fils
Béraud, comte de Clermont & dauphin d'Auvergne entre 1351 et 1356 (mort en 1382****, d'après les registres des arrêts du parlement de Paris).
Ses épouses : Marie de Villemur, mariée en 1333,
puis Jeanne d'Auvergne, fille de Jean I, comte d'Auvergne et de Boulogne, mariée en 1371, morte en 1373.

lui succède son fils du premier lit
Béraud II le Grand, comte de Clermont & dauphin d'Auvergne entre 1356 et 1400, était présent à l'Ecluse en 1386 lors de la tentative avortée de débarquement en Angleterre, mort en 1399 ou 1400.
Ses épouses : Jeanne de Forest, dont la fille Anne, épouse de Louis de Bourbon, donnera naissance à Jean I, duc d'Auvergne,
puis Marguerite de Sancerre.

lui succède son fils du second lit
Béraud III le Jeune, comte de Clermont & dauphin d'Auvergne entre 1400 et 1426, mort en 1426. Sa fille aînée, Jeanne, comtesse de Clermont & dauphine d'Auvergne, épouse Louis de Bourbon.
Ses épouses : Jeanne de la Tour, fille de Bertrand IV de la Tour et de Marie d'Auvergne,
puis Marguerite de Chauvigny.

lui succède son gendre
Louis I le Bon, comte de Clermont et de Montpensier, dauphin d'Auvergne, assista au sacre de Charles VIII en 1483, mort en 1486.
Ses épouses : Jeanne de Clermont, fille de Béraud III, mariée en 1426, morte en 1436,
puis Gabrielle de la Tour, fille de Bertrand VI, mariée en 1442.

lui succède son fils
Gilbert de Bourbon, comte de Montpensier, dauphin d'Auvergne, lieutenant général du Poitou, puis gouverneur de Paris et d'Ile-de-France en 1494, il accompagna Charles VIII en Italie. Il y acquit la réputation d'être "bon chevalier & hardi, mais peu sage", perdit Naples contre les espagnols et décéda en 1496.
Son épouse : Claire de Gonzague, mariée en 1481, morte en 1503.

lui succède son fils
Louis II, comte de Montpensier, dauphin d'Auvergne, mort jeune en 1501.

lui succède son frère
Charles III, duc de Bourbon et d'Auvergne, comte de Clermont et de Montpensier, dauphin d'Auvergne, né en 1489, mort en 1527. Gouverneur du Languedoc, lieutenant général en Bourgogne, il accompagna Louis XII en Italie puis fut nommé général de l'armée en Navarre. Fait connétable de France en 1514, il combattit à Marignan et devint gouverneur de Milan. A la mort de sa femme, il fut spolié de la succession de la maison de Bourbon par la mère du Roi, et passa au service de Charles Quint, combattit à Pavie en 1525 avant de trépasser sur les murailles de Rome.
Son épouse : Suzanne de Bourbon et d'Auvergne, héritière du Duché d'Auvergne, mariée en 1505, morte en 1521.

A la mort, sans descendance, du connétable de Bourbon en 1527, ses possessions furent confisquées par François Premier au profit de sa mère, Louise de Savoie, puis devinrent appanage de la maison de France. En 1538, Montpensier fut érigé en duché-pairie, et les successeurs de Louise de Bourbon, sœur de Charles III, héritèrent du titre de dauphins d'Auvergne.



* : le dauphin apparaît, en tant qu'armoirie, sur le sceau de Guillaume, entre 1235 et 1240 (au droit, un cavalier armé, avec un dauphin sur son écu, au contre-sceau l'écu au dauphin). Jusqu'au début du XVe siècle, les dauphins d'Auvergne portaient les mêmes armes que les dauphins de Viennois, qui se blasonnaient un dauphin d'azur crefté & oreillé de gueules en champ d'or. Vers 1410, Louis de Guyenne, fils de Charles VI, s'offusqua de cette égalité, "& comme fi entre ce qu'il étoit & ce qu'étoit Béraud III, Dauphin d'Auvergne, il n'y eût eu guères moins de différence qu'entre étre et n'étre pas, il le contraignit d'ôter le dauphin vif de fes armes, & d'y recevoir un dauphin mort (N. Chorier, Histoire générale de Dauphiné). Louis profita peu de son avantage, puisque cinq ans plus tard, quelques jours avant son vingtième anniversaire, il était aussi pâmé que le dauphin de l'écu auvergnat.

** : dans sa description des armoiries de la Salle des Croisés à Versailles, Jules Pautet du Parois (Nouveau manuel complet du blason, Rotet, Paris, 1854) attribue à "... Guillaume VIII, comte et premier dauphin d'Auvergne, 1147 : un dauphin pâmé d'azur en champ d'or". Compte-tenu de ce qui précède, cette description paraît erronée, autant pour le personnage que pour ses armoiries supposées.

*** : une polémique à longtemps opposé les historiens de l'Auvergne pour savoir si son prénom était Robert, Dauphin, ou encore Robert-Dauphin. En 1906, S. Stronski, grâce à un acte de 1215, déjà utilisé avant lui ("...ego Robertus dictus Dalphinus comes Claromontis, Guillelmus comes Claromontis filius noster ...), a pensé détenir l'argument ultime, mais sa thèse a été énergiquement combattue depuis par P.-Fr. Fournier qui estime que "... la tradition de ce texte est extrêmement fautive." (cf. bibliographie).

**** : date fournie par Anselme. Pour sa part, Fournier donne la date de 1356.